Le trouble obsessionnel-compulsif

Faire un don maintenant par CanadaHelps.org!

 

Qu’est-ce que le trouble obsessionnel-compulsif ?
Brièvement appelé TOC, il s’agit d’une maladie mentale qui se compose de deux caractéristiques : des obsessions, qui sont angoissantes et envahissantes, et que la personne tente de calmer grâce à des compulsions, c’est à dire des gestes ou des comportements répétitifs et rassurants. Même si les personnes atteintes sont capables de se rendent compte qu’elles ont des obsessions et des compulsions, elle ne parviennent pas pour autant à les contrôler, et c’est bien là le problème. D’autant que cela empiète largement sur les activités professionnelles, scolaires ou sociales des personnes (adultes ou enfants). Les obsessions occupent sans cesse l’esprit, et les compulsions prennent du temps, parfois plusieurs heures.

 

Les thèmes d’obsessions les plus rencontrés
A chaque fois, les obsessions (pensées récurrentes) sont suivis d’actions pour apaiser la personne, via des compulsions.

-Peur de la contamination, de la saleté, de la maladie
-Préoccupation excessive pour l’organisation et la symétrie
-Peur de faire mal aux autres à cause d’une inattention
-Crainte d’attraper une maladie grave
-Impulsions, images ou pensées perverse liées à la sexualité
-Soucis exagéré de l’allure d’une partie de son corps (peur que le nez soit crochu par ex.)
-Peur d’être responsable d’un évènement terrible
-Préoccupation par le sacrilège, le blasphème ou la moralité
-Peur de jeter un objet dont on pourrait avoir besoin (qui mène à l’Accumulation Compulsive)
-Peur de faire des erreurs

 

Les compulsions qui « soulagent » les obsessions
Pour soulager l’anxiété liée à ces obsessions, la personne va adopter des comportements compulsifs rituels de façon répétée. Pourtant, cela ne fait qu’aggraver et renforcer le problème, entraînant l’individu dans un cercle vicieux de TOC.

-Vérifier, toucher, compter, placer ou ordonner
-Se laver, nettoyer
-Accumuler des objets inutiles
-Fixer des yeux
-Demander d’être rassuré de façon répétitive
-Faire des listes
-Exécuter des rituels mentaux
-S’éloigner de toute source de « contamination »

 

Les TOC chez les enfants
Il semblerai qu’environ 2 à 3% des enfants soient touchés par les TOC, qui apparaissent souvent vers l’âge de 10 ans. Pour autant, ils ne sont pas toujours identifiés comme tels car ils sont dans 75% des cas concomitants avec d’autres troubles, comme les troubles de l’opposition, l’anxiété de séparation ou l’anxiété généralisée, les troubles de l’attachement ou les déficits d’attention avec hyper activité. D’ailleurs, certains traitement contre l’hyper activité peuvent aggraver les symptômes des TOC, d’où l’importance de se tourner vers des professionnels qui connaissent bien l’ensemble des troubles psychologiques chez l’enfant.
Quand les enfants sont tout petits, ils ont le plus souvent des compulsions, mais avec le temps, quand ils commencent à avoir accès à une cognition plus évoluée, les pensées obsessionnelles s’ajoutent au tableau. Les TOC peuvent du coup avoir un impact terrible sur la vie de l’enfant, en l’handicapant dans son fonctionnement scolaire et social.

 

Les traitements
Les troubles obsessionnels compulsifs sont difficile à traiter, et souvent ils s’aggravent avec le temps si rien n’est fait pour les enrayer. Les thérapies cognitivo-comportementales ont fait leurs preuves, et il va sans dire que lorsqu’il s’agit d’enfants, des thérapies familiales doivent également être envisagées pour que chacun puisse aider l’enfant dans son cheminement.
La famille a un rôle énorme à jouer pour aider la personne souffrant de TOC pour ne pas aggraver son problème. Il s’agit avant tout de ne pas entrer dans les obsessions de la personne et de ne pas accomplir ses rituels pour le soulager.

 

Les critères de diagnostic :
Très concrètement, voici les critères médicaux pour définir qu’une personne souffre de trouble obsessionnel compulsif.

Obsessions définies par (1), (2), (3) et (4) :

(1)     pensées, impulsions ou représentations récurrentes et persistantes qui, à certains moments de l’affection, sont ressenties comme intrusives et inappropriées et qui entraînent une anxiété ou une détresse importante.

(2)     les pensées, impulsions ou représentations ne sont pas simplement des préoccupations excessives concernant les problèmes de la vie réelle.

(3)     le sujet fait des efforts pour ignorer ou réprimer ces pensées, impulsions ou représentations ou pour neutraliser celles-ci par d’autres pensées ou actions.

(4)     le sujet reconnaît que les pensées, impulsions ou représentations obsédantes proviennent de sa propre activité mentale, (elles ne sont pas imposées de l’extérieur comme dans le cas des pensées imposées).

 

Compulsions définies par (1) et (2) :

(1)     comportements répétitifs (p. ex., lavage des mains, ordonner, vérifier) ou actes mentaux (p. ex., prier, compter, répéter des mots silencieusement) que le sujet se sent poussé à accomplir en réponse à une obsession ou selon certaines règles qui doivent être appliquées de manière inflexible.

(2)     les comportements ou les actes mentaux sont destinés à neutraliser ou à diminuer le sentiment de détresse ou à empêcher un événement ou une situation redoutés; cependant, ces comportements ou ces actes mentaux sont soit sans relation réaliste avec ce qu’ils se proposent de neutraliser ou de prévenir, soit manifestement excessifs.

D’autre part :
-A un moment durant l’évolution du trouble, le sujet a reconnu que les obsessions ou les compulsions étaient excessives ou irraisonnées. N.B. : Ceci ne s’applique pas aux enfants.

-Les obsessions ou compulsions sont à l’origine de sentiments marqués de détresse, d’une perte de temps considérable (prenant plus d’une heure par jour) ou interfèrent de façon significative avec les activités habituelles du sujet, son fonctionnement professionnel (ou scolaire) ou ses activités ou relations sociales habituelles.

Référence : DSM-IV Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux

 

D’autres articles d’intérêt :
La trichotillomanie

 

Pour en savoir plus
Nous vous recommandons d’allez consulter notre bulletin n°32 qui a un dossier spécial sur les TOC, et d’aller également consulter le site de la Fondation québécoise pour le TOC ou le site français www.tocs.fr

 

L’AQPAMM peut vous aider
Nous sommes heureux si vous avez pu trouver dans cet article de l’information pertinente.
Nous sommes là pour vous aider, n’hésitez pas à nous contacter ! Nous vous proposons :

-De l’écoute téléphonique
-Des suivis individuels, de couple ou familiaux
-De l’aide d’urgence
-Et beaucoup d’autres services !

 

Retour aux fiches maladies



Imprimer cette page