EN CAS D’URGENCE

Les centres de crises
Vous êtes en détresse à cause d’un proche ? Vous êtes en crise? Un de vos proches est en crise ? Dépression…Anxiété… Confusion… Désespoir… Idées suicidaires…Vous vivez une situation de crise ?  N’hésitez pas à demander de l’aide et contactez les services de crise de votre secteur. Services confidentiels, gratuits et professionnels. Les centres de crise sont ouverts 24 heures par jour, 7 jours sur 7. N’hésitez pas. Demandez de l’aide. Allez voir la vidéo pour mieux comprendre ce qu’est un centre de crise.

Qu’est-ce qu’une situation d’urgence ?
Une situation d’urgence est évaluée selon son potentiel de dangerosité :
1. Aucun danger
2. Danger : non-immédiat (possibilité de faire une Requête pour ordonnance d’évaluation psychiatrique)
3. Danger grave et immédiat : La situation tombe sous la loi P-38 (Loi sur la protection des personnes dont ,état mental présente un danger pour elle-même ou pour autrui).

Danger grave et immédiat : mise sous garde préventive
S’il présente un danger grave immédiat, il faut, pour sa protection ou celle des autres, qu’il soit mis sous garde préventive.
La notion de « danger grave et immédiat » est complexe. L’évaluation de la dangerosité est variable selon les individus qui l’évaluent. Vous pouvez demander l’intervention des policiers. S’ils estiment que la situation le nécessite, ils conduiront votre proche au centre hospitalier sans passer par la cour.
La loi permet de garder une personne en garde préventive pour 72 heures. Cette mesure sert uniquement à protéger votre proche, et les autres contre lui-même. Lors de la garde préventive, aucun examen ne peut être pratiqué auprès de votre proche. Il est tout simplement retiré de son milieu de vie le temps :
-que la dangerosité s’attenue
ou
-d’obtenir son consentement à l’examen psychiatrique
ou
-d’obtenir une ordonnance d’examen psychiatrique.
Toutefois, si les policiers n’ont pas jugé nécessaire d’appliquer la garde préventive, ilse pourrait que la présentation d’une requête pour examen psychiatrique soit nécessaire.

Danger non-immédiat :
Dans les situation de danger non-immédiat, il reste des possibilités :
-Vous êtes aux prises avec une personne qui présente des troubles d’ordre mental, et la situation se dégrade, et vous-même, votre famille ou votre proche atteint sont en train de sombrer dans une situation trop compliquée à gérer. Vous estimez que son comportement met en danger à court ou moyen terme sa santé physique, sa stabilité financière, sa sécurité ou celle de son entourage, et vous souhaitez faire examiner cette personne par un psychiatre.
-Ou bien votre proche commence à avoir des comportements qui vous font penser qu’il doit être examiné par un professionnel car il a peut-être un problème de santé mentale, et que la situation se dégrade.
Vous devez alors suivre le circuit de soins

Vous avez également la possibilité de contacter un centre de crise, pour vous-même (parce que vous n’en pouvez plus et que vous vivez une détresse) ou pour votre proche. Après une évaluation téléphonique, un rendez-vous pourra vous être donné rapidement, souvent la journée même ou le lendemain.
En cas de violence conjugale ou sur les enfants, il existe une ressource essentielle : http://www.sosviolenceconjugale.ca/

Faire examiner une personne contre son gré, c’est possible ?
Si la personne ne s’y oppose pas, vous n’avez pas besoin d’entreprendre une démarche légale.
Si la personne s’y oppose, il existe un recours légal pour ce genre de situation : la requête pour ordonnance d’évaluation psychiatrique. Cette mesure d’exception oblige votre proche à se soumettre à un examen psychiatrique contre sa volonté. Elle implique que vous alliez présenter une requête à un juge de la Cour civile pour obtenir une ordonnance à cet effet. Cette procédure peut être entamée seulement si les deux conditions suivantes sont présentes :
1-Vous avez tenté de convaincre votre proche d’aller consulter et il refuse toujours
2-Vous avez des motifs sérieux de croire qu’il peut poser des gestes représentant un danger pour lui-même ou pour autrui.

Lorsque vous jugerez que ces conditions sont remplies, vous pouvez entamer une requête
pour évaluation psychiatrique en effectuant une demande auprès de votre CLSC. Notez bien qu’une requête pour examen clinique psychiatrique n’est pas une ordonnance de traitement. Votre proche aura toujours l’opportunité de refuser les traitements.

ATTENTION : La famille ne peut être présente lors de l’évaluation de la personne. Mais puisque la personne évaluée peut être dans le déni, il est très important que la famille fasse entendre sa voix auprès des médecins car ainsi les psychiatres pourront juger de la dangerosité réelle de la personne (pour elle-même ou pour autrui).

Puis-je être aidé dans cette démarche ?
Vous pouvez faire cette démarche vous-même, avec ou sans l’aide d’un avocat. Vous pouvez aussi vous faire aider gratuitement par un organisme d’aide ou d’entraide. L’AQPAMM en fait partie, et nous rendons ce service uniquement aux personnes qui sont membres. La plupart des associations de parents et d’amis offrent ce service.

Et si la personne doit être hospitalisée ?

En cas d’urgence, vous pouvez seulement demander que votre proche soit examiné
par un psychiatre. Vous ne pouvez pas demander au juge ni à l’hôpital de garder la personne contre son gré. C’est l’hôpital qui fera les démarches nécessaires afin d’admettre la personne pour une période déterminée, y compris contre son gré si c’est nécessaire.

En quel délai peut-on obtenir cette aide d’urgence ?
C’est très rapide. En moins de 72h, la requête peut être validée par le juge et mise en application. Vous pouvez obtenir le formulaire « Requête pour évaluation psychiatrique » auprès de votre CLSC. Nous pouvons vous le faire parvenir le cas échéant.

Et après ?
Nous vous recommandons d’aller lire nos articles suivants :
Vivre une requête d’examen psychiatrique
La sortie de l’hôpital.

Inciter un proche à aller consulter

L’AQPAMM peut vous aider
Nous sommes heureux si vous avez pu trouver dans cet article de l’information pertinente.
Nous sommes là pour vous aider, n’hésitez pas à nous contacter ! Nous vous proposons :
-De l’écoute téléphonique
-Des suivis individuels, de couple ou familiaux
-Des groupes de soutien
Et beaucoup d’autres services !

Faire un don maintenant par CanadaHelps.org!



Imprimer cette page